A l'affiche

Un écopôle de valorisation des déchets sur un ancien site industriel

Visite d'un écopôle mais pas n’importe lequel : il s’agit d’un parc d’activité dédié au recyclage et la valorisation de déchets, développé sur l’ancien site de production MetalEurop Nord, site réputé pour son activité polluante (classé Seveso 2), dont il a été question dans ce précédent billet.

Cette visite industrielle était organisée par la Communauté d’Agglomération d’Hénin-Carvin (Pas-de-Calais) et l'accueil sur le site était réalisé par Virginie Broutin, responsable communication chez Suez, l’entreprise qui a géré le démantèlement, la dépollution de l’ancien site industriel ainsi que sa reconversion.


Voici donc une courte présentation de la création de l’écopôle Nord de SUEZ à Noyelles Godault (encore connu sous l’appellation écopôle « SITA Agora »).


La reconversion du site de MetalEurop en écopôle

L'usine cesse son activité en 2003. A partir de 2006, de nouvelles activités tertiaires voient le jour sur la zone tertiaire du site.

A partir de 2007, ce sont des activités industrielles tournées vers la gestion et valorisation des déchets qui s’installent sur l’ancienne zone industrielle. Plusieurs filières se mettent peu à peu en place ; elles concernent : – des terres polluées, – des gravats issus du BTP et de chantiers de démolition, – du bois (palettes, meubles en fin de vie issus de déchetteries…), – des câbles électriques, – des plastiques, – des métaux, – des papiers, cartons.

Environ 200.000 t de déchets sont réceptionnés par an et environ 50 % valorisés (ce chiffre est variable selon les filières bien sûr). Leur acheminement vers leur lieu d’usage se fait par la voie routière et fluviale (transport par barges) puisque le quai le long de la Deûle a été réhabilité.

Le centre de tri SITA Nord

L’installation permet le tri de déchets industriels valorisables et leur conditionnement. Y sont acheminés environ 60.000 t/an de déchets (propres, secs, non fermentescibles) en provenance d’industries, entrepôts, collectivités. Lorsqu’ils arrivent en mélange*, leur tri s’effectue en différentes étapes : un broyage, une séparation par tamis cylindrique (Trommel), par crible balistique (sépare les objets plats tels que les papiers des objets plus volumiques), par système magnétique (overband comportant un aimant placé au-dessus d’un convoyeur afin de récupérer les objets métalliques ferreux) puis par un trieur optique (pour séparer les différents types de plastiques).

*certaines entreprises dépassant un certain seuil de production de déchets ont l’obligation de « pré-trier ».


Le tri terminé, une presse permet de compacter chaque « nouvelle ressource » en balles, emmenées vers leur lieu d’utilisation : on a ainsi des balles de papier, carton, plastiques…

Au premier plan, câbles à recycler. A l’arrière-plan, balles de carton, papier, plastique.



Tri et valorisation du bois Le bois arrive soit sous forme « noble », c’est-à-dire non traité, sans colle ni peinture (on parle de Bois de classe A avec les palettes, cagettes, planches …) ou bien sous forme moins noble (bois de classe B avec le bois de démolition ou issu de déchetterie). Le traitement consiste en un broyage conduisant à des copeaux de différentes granulométries pour les besoins des panneautiers qui utilisent cette ressource pour fabriquer des panneaux de bois aggloméré. La ressource en bois peut également être valorisée comme ressource énergétique.

Palettes de bois broyées et valorisées pour la fabrication de panneaux en aggloméré


Le tri et valorisation des câbles électriques

L’entreprise RecyCâbles filiale de Suez et Nexans est implantée sur le site depuis 2009. Son activité est dédiée à la valorisation des câbles de toutes catégories (contenant aluminium, cuivre, parfois plomb, plastiques et résidus textiles) issus de la fabrication de câbles neufs (chutes de production de Nexans) ou d’autres utilisateurs (Orange ou SNCF) ou de chantiers de démolition. Les étapes clé consistent en un broyage, suivi d’un tri par des systèmes de séparation discriminant les objets selon leur granulométrie et leur densité. L’entreprise produit ainsi de la grenaille de cuivre ou d’aluminium d’une grande pureté (>99 %) conditionnée en big bag. Nexans en récupère pour le réintroduire comme matière première pour leur procédé.

RecyCâbles donne une seconde vie aux câbles (Crédit Photo Suez)


Environ 30.000 t de câbles sont valorisés par an.

La valorisation des gravats du BTP Les gravats du BTP sont traités de façon à pouvoir les réutiliser en matériaux routiers (pour la couche de forme).

Zone de l’écopôle qui gère et valorise les gravats du BTP

La valorisation des sols et sédiments pollués Une autre activité implantée sur l’écopôle est dédiée à la gestion des sols et sédiments pollués par des hydrocarbures. 120.000 t annuels peuvent y être traités. Le procédé de traitement retenu est la biodégradation : des micro-organismes vont se nourrir pendant plusieurs mois (6 à 8 mois) de la pollution organique présente sur les terres disposées en tas. Après ce type de traitement, certaines terres peuvent être remises en exploitation pour des projets d’aménagements routiers ou paysagers (revégétalisation).

Traitement des terres polluées par biodégradation : des tuyaux véhiculent de l’air contenant des micro-organismes.


L’eau sur le site Enfin, on trouve aussi sur le site une station d’épuration qui traite les effluents liquides du site avant rejet dans le milieu naturel. La nappe phréatique sous l’écopole fait l’objet d’un pompage continu pour d’une part éviter sa remontée et d’autre part dépolluer les eaux.


En conclusion, une reconversion réussie d’un site très marqué par la pollution vers un écopôle entièrement tourné vers la gestion de déchets et le recyclage.


Voici une courte vidéo pour une visite plus dynamique.

Merci de partager !

 

Derniers articles
Archives
Mots-Clés
Suivez-nous
  • Facebook Basic Square

© 2020 - 3E Partner - Tous droits réservés

Contact            Mentions légales            Plan du site           A propos de